Utilisation des systèmes DR Vidisco en archeology

Qu'est-ce qu'une perceuse ? Vidisco fournit les réponses

par Rachel Lieberman

 


Alors, qu'est au juste une perceuse ? Juste au cas où vous pensiez que les perceuses ne sont que des outils dans un programme de bricolage à la télévision au 21ème siècle, les archéologues maritimes ont la preuve que des perceuses, particulièrement des chignoles-archets, étaient déjà utilisées en 400 avant l'ère chrétienne par les phocéens qui résidaient dans la partie occidentale de la Turquie moderne. (En fait, la chignole était bien plus ancienne et, par exemple, on en a retrouvée dans une épave de bateau à Uluburun, datant de la fin du to 14ème siècle avant l'ère chrétienne).
Au contraire des usages plutôt limités des perceuses modernes (surtout pour faire des trous dans les murs), les chignoles antiques avaient des usages multiples – à part faire des trous pour la construction, la chignole-archet servait aussi à faire du feu et elle était un outil important très utilisé dans le travail du bois, dans la construction de bateaux et même pour soigner les dents.

 

 

X-ray image of ancient drill alongside external image of the steup in the lab

Image radiographique d'une chignole antique, à côté de la photo du montage de laboratoire 

 

 

External set up in lab using Vidisco RayzorX Pro System

Montage externe utilisant le système Vidisco RayzorX Pro en laboratoire

 
 

Une chignole en bois a été trouvée dans une épave de bateau découverte en 1985 à 70 m de la côte méditerranéenne près du Kibboutz Maagan Mikhael, en Israël. Le bateau a été étudié, démonté sous l'eau, conserve pendant une période de sept ans, puis assemblé de nouveau au Musée Hecht, à l'Université de Haïfa. Les objets trouvés, y compris la chignole, ont fait l'objet d'études en laboratoire à terre. De la chignole, seule la partie en bois subsiste, avec un creux et plusieurs petits taquets de bois qui, apparemment, servaient à tenir un foret ; les parties en métal n'ont pas survécu. Récemment, dans le cadre de la procédure de conservation pour cet objet unique, les archéologues ont nettoyé la chignole, y compris l'intérieur de sa partie creuse, et ils ont trouvé de minuscules traces de métal, mais les caractéristiques en sont encore inconnues. La forme de la partie creuse n'a pas pu être retracée, et on ne peut pas être certains de la forme du foret métallique qui n'a pas subsisté.


  
Yaacov Kahanov, directeur de l'Institut Léon Recanati d'Etudes Maritimes, remarque que cette chignole en bois est bien conservée. « Nous voulons comprendre comment cet outil était constitué. De quel genre de métal était fait le foret ? Quelle était sa forme ? Comment le menuisier / constructeur de bateau était-il capable de s'assurer que le foret ne deviendrait pas lâche au cours du travail ?  »

La chignole a été radiographiée sous plusieurs angles, en utilisant un système de radiographie numérique Vidisco RayzorX Pro. Les images claires et détaillées qui en ont résulté, après moyennage et l'utilisation d'outils d'amélioration de l'image très élaborés, ont identifié des restes métalliques encore présents dans le bois, bien que le foret ait disparu. Pr Kahanov observe : « Les images radiographiques indiquent qu'il y avait une lame de fer emboîtée dans la chignole de bois. La lame a visiblement rouillé, colorant le bois et laissant des traces de métal.  »



Il ajoute : « L'imagerie radiographique numérique Vidisco nous permet même de voir les rainures laissées par le cordon de la chignole-archet. Mais à part cela, ces images radiographiques bien nettes montrent que la coupe du bas de la lame était carrée, une forme pour laquelle les artisans ont apparemment compris il y a des siècles qu'elle est optimale pour la fixation et la résistance aux pressions.  La structure de l'outil est intelligente, mais nous n'aurions rien su de tout cela sans les équipements de radiographie numérique de pointe utilisés par Vidisco.  »

En vedette
visitez nous aux prochaines expositions
pourquoi Vidisco